Danois au soleil (1) : La première colonisation de Saint-Thomas (1665-1667)

Quand les Moraves arrivent à Saint-Thomas dans les années 1730, les Danois y sont installés depuis une cinquantaine d’années, mais cette occupation connut des débuts difficiles, voire des échecs, avant de devenir viable.

Notre histoire commence le 6 mai 1665 quand le roi Frédéric III du Danemark donne officiellement au capitaine Erik Nielsen Smit la charge de gouverneur de l’île de Saint-Thomas dans les Antilles et l’autorise à prendre possession et gouverner l’île en son nom. Erik Nielsen Smith avait déjà conduit deux opérations commerciales avec succès en 1652 puis en 1662.

C’est sans doute lors de ce dernier voyage qu’il constate que l’île de St-Thomas, brièvement occupée puis abandonnée par les Néerlandais en 1657, peut être un excellent endroit pour un projet de colonisation commerciale. En février 1665, il rencontre le roi Frédéric III pour lui soumettre son projet, il lui propose que la future colonie ne soit pas habitée uniquement par des Danois, mais aussi par des Néerlandais, des Français ou des Anglais pour éviter d’être attaquée par les autres nations européennes.

Frédéric III, roi du Danemark (1648-1670) sans qui rien n’aurait été possible.

Ce projet séduit le roi qui après la victoire dans la Première guerre du Nord et l’affirmation absolutiste de son pouvoir en 1660 veut s’imposer à l’égal des autres royaumes européens sur le continent américain.

Une expédition part donc dès le 1er juillet 1665 sous la direction d’Erik Nielsen Smit à bord du navire Eendragt. Le voyage est périlleux et par deux fois, près de Saint-Barthélémy, puis dans la baie de Saint-Thomas, le vaisseau manque d’être détruit par une tempête et entre ces deux évènements, un feu se déclenche à bord du navire et manque de le faire exploser.

Malgré ces péripéties, les débuts de l’installation se passent bien, elles sont mêmes favorisées par le début, en mars 1665, de la deuxième guerre anglo-néerlandaise qui poussent certains colons de ces deux nations à fuir les combats ayant lieu ailleurs dans les Antilles pour se réfugier à St-Thomas. Cette croissance de la population permet rapidement à la nouvelle colonie de se développer en se lançant dans la culture du tabac et le commerce avec les autres îles.

Le 15 février 1666 un navire chargé de tabac et de sucre acheté dans d’autres colonies est même envoyé vers le Danemark. Malgré quelques attaques de la part de corsaires anglais, le futur de la colonie semble donc assuré. Mais depuis l’arrivée des Danois, la maladie ravage la colonie qui reçoit son plus gros choc le 12 juin 1666, quand Erik Nielson Smit meurt de maladie. Cette mort creuse un vide qui ne sera jamais comblé.

Le théologien luthérien Kjeld Jensen Slagelse est désigné pour diriger la colonie. Il réunit alors l’ensemble des colons et leur fait de nouveau jurer fidélité au roi du Danemark, alors que le nombre d’étrangers est supérieur à celui des sujets danois. Il s’adjoint aussi un conseil élu par les colons, composé de deux Danois, un Néerlandais et un Anglais.

Les corsaires anglais ne relâchent pas la pression sur la colonie et multipliant les attaques ils lui dérobent ses vivres, sa poudre à canon et même le navire qui lui permettaient de faire du commerce avec les îles environnantes. Les colons vivent donc dans la peur permanente des attaques et finalement un ouragan dévaste ce qu’ils avaient péniblement construit, sans que la maladie ne cesse pour autant de faire des ravages dans leurs rangs.

Les Anglais quittent la colonie les premiers, profitant d’une nouvelle attaque des corsaires pour repartir avec eux et s’installer à Sainte-Croix, alors colonie française. Les Néerlandais, Réformés ou Catholiques pour la plupart, supportent de plus en plus mal la tutelle des Danois luthériens qui les obligent à respecter leurs fêtes religieuses, et reçoivent le soutien de leurs compatriotes installés sur Tortola.

Finalement après dix-neuf mois de présence sur l’île sans recevoir le moindre soutien depuis le Danemark, les Danois décident de rentrer chez eux. Ils passent pas Saint-Christophe où beaucoup de leurs compatriotes sont installés pour trouver un embarquement vers leur terre natale. Après leur départ, les Néerlandais de Tortola viennent piller ce que les Danois avaient laissé sur place. Cette première tentative de colonisation danoise dans la Caraïbe se solde donc par un échec, malgré des débuts prometteurs.

Les Danois reviendront, mais ils prépareront mieux leur installation.

Sources

Dookhan, Isaac, A History of the Virgin Islands of the United States (Kingston: Canoe Press, 1994).

Westergaard, Waldemar Christian, The Danish West Indies under Company Rule (1671-1754) (New York: The Macmillan company, 1917).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :